À la découverte du monde des Goths : entre androgyne et macabre

4 janvier 2019

À la découverte du monde des Goths : entre androgyne et macabre

Connaissez-vous ces magasins remplis de cales, de corsages, de piercings, de chaînes et de robes de velours dans le quartier londonien de Camden Town ?

Eh bien, si vous vous êtes déjà demandé qui sont les clients typiques de ces genres de boutique, préparez-vous, car vous êtes sur le point de découvrir le monde des Goths.

Il était une fois, les Goths

monde des Goths

Le Goth est certainement l’une des sous-cultures les plus vivaces, mais aussi les plus déroutantes. Il est exclusivement associé au monde du macabre, aux fans de heavy metal sombres et ceux qui suivent encore des mouvements déprimés qui soutiennent le suicide.

Pourtant, derrière le nom goth, dont le lien avec le gothique est très proche, il existe une longue histoire beaucoup plus riche en contenus qui vont bien au-delà du visage pâle et du traceur pour les yeux.

Pour commencer, le mot “Goth” vient de Goti, la tribu germanique qui a décrété la fin de l’empire romain d’Occident.

Devenu synonyme de barbarie, en particulier après la chute de Rome et la christianisation de l’Europe, le terme “gothique” commença à être associé à l’architecture du Moyen Âge.

Il prend ainsi une valeur complètement péjorative et vulgaire, surtout par rapport à la culture et à l’art des classiques grecs et romains.

Vers la fin du 18e siècle, les choses ont commencé à prendre une tournure différente au point où les premières graines de la sous-culture ont été plantées.

Au Royaume-Uni, en effet, certains artistes, architectes et aristocrates, un peu ” gothiques nostalgiques”, ont adopté une position différente et ont commencé à se rebeller.

Ils sont devenus porteurs de valeurs autres que l’ordre, la raison et la rigueur typiques des classiques.

La créativité et la passion ont été mises au premier plan, ainsi que le style typique du Moyen Âge, fait de ténèbres et de mystère.

C’est alors que naissent les Goths, ainsi appelés pour la première fois par Horace Walpole, Auteur de “Le château d’Otrante”. Ceci fut le premier roman gothique jamais écrit, de qui a développé une veine littéraire et une iconographie pleine d’éléments sombres et grotesques.

Le rôle de la musique dans la construction du style

Siouxsie and the Banshees

Le label “Sticker rock” a été utilisé pour la première fois par le critique John Stickney pour décrire la musique et la violence qui ont caractérisé le concert des Doors à l’automne 1967. Il contrastait avec l’atmosphère hippie et détendue qui perdurait encore après le célèbre été de l’amour de cette année.

Après cela, l’adjectif “gothique” n’a été rendu que plus tard, vers la fin des années 70, en référence à certains groupes post-punk et à leur musique pleine de solitude et de désolation.

Un genre sombre qui a contribué à la création du style distinctif des Goths, mais qui doit beaucoup à certains prédécesseurs, tels que David Bowie pour son aspect androgyne et sa voix chaude et profonde, la Joy Division pour son inclinaison sombre et un peu déprimée, les Siouxsie and the Banshees pour le look de leur chanteuse Siouxsie Sioux.

Cette dernière était une véritable icône avec un style totalement noir qui pousse à teindre des ongles noirs, des bas déchirés, des robes victoriennes, de la dentelle, bref tous les vêtements.

Puis, en 1979, quand le Bauhaus publie le single Bela Lugosi’s Dead, empreint d’éléments macabres et noirs, comme des chauves-souris, du sang, des tombeaux, des clochers et des cimetières, tout devient de plus en plus fatal, du style goth à la musique des grands groupes de la Batcave.

Londres, le club le plus légendaire de la scène est devenu célèbre pour avoir accueilli The Cure, les Sex Gang Children, les Siouxsie and the Banshees et Alien Sex Fiend.

Ainsi, grâce à la diffusion du rock gothique, des groupes, de leur live et de leur radio, le terrain devient de plus en plus fertile. Jusqu’au début des années 80, la scène connaît une véritable explosion, notamment chez les adolescents.

Ils sont plus actifs dans la revendication de leur identité distinctive, dépourvus de connotations politiques, ouverts et tolérants par rapport aux questions de race, de sexualité et de genre, mais en contraste frappant avec les tendances et le courant dominant, au lieu de la créativité individuelle et de la libre expression de soi eux-mêmes.

Masculin et féminin, quelle importance a-t-il ?

Des gothiques

Bien que la sous-culture gothique soit étrangère à toute connotation politique, leur approche distinctive a toujours exprimé une certaine désapprobation des normes hétérosexuelles et des catégories de genre.

C’est pourquoi leur transgression peut être considérée comme une véritable réaction visant à la déconstruction des rôles. Bijoux, piercings, tours, cheveux longs, corps élancés et vêtements minimalistes ne sont que quelques-uns des éléments qui ont rendu le style gothique féminin et ambigu.

Il met ainsi en péril les stéréotypes et les modèles sociaux au profit de la bisexualité et de la libre expression de soi.

L’industrie de la mode et les médias ont commencé à s’approprier le style gothique, lui donnant tout son sens. Les films Dracula de Bram Stoker, Entretien avec le vampire, The Raven, publiés dans les années 1990, ne sont que quelques exemples de la façon dont la pâleur, les canines factices et les lentilles de contact colorées ont été utilisées pour créer des personnages vampires et effrayants

Il fomente ainsi le lieu commun qui voit étroitement connecté le Goth avec le monde de l’horreur.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Note : Votre courriel ne sera jamais publié.