Rééducation motrice chez le kinésithérapeute et l’approche étiologique

31 mai 2015

Rééducation motrice chez le kinésithérapeute et l’approche étiologique

La kinésithérapie repose sur l’art de retrouver comment utiliser un membre de façon appropriée pour pouvoir l’utiliser sans éprouver de douleurs. Mélange de gymnastiques qui vont renforcer une partie du corps et de massages pratiqués pour détendre les muscles et les nerfs, les prémisses de cette discipline naissent après la Première Guerre Mondiale.

Une profession uniquement après l’obtention d’un diplôme

étiopathie

Après la Deuxième Guerre mondiale, le Diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute est créé afin d’encadrer cette discipline autour de savoirs théoriques et pratiques. Il nécessite de bonnes connaissances en biologie mais aussi en médecine ou en pratiques sportives pour être ouvert sur les différentes causes qui peuvent mener à une perte de la fonction motrice.

Les bases de cette profession reposent sur la recherche de l’indépendance motrice en effectuant un travail de fond à base de massages et de mouvements précis afin de rétablir les capacités habituelles. Intervenant souvent après une blessure ou une chirurgie, le kinésithérapeute va offrir les moyens de retrouver l’usage de ce membre grâce à des exercices ciblés. Il peut également s’agir d’apprendre à se déplacer avec une prothèse en trouvant un nouvel équilibre entre le corps et cet élément qui va falloir apprendre à apprivoiser pour pouvoir s’en servir.

Une approche multiple pour une plus grande efficacité

étiopathie

Toute comme un étiopathe, le kinésithérapeute s’appuie sur ses connaissances en anatomie avec un travail sur les muscles et les tendons mais va utiliser d’autres méthodes comme les ultrasons, les infrarouges, la cryothérapie ou encore l’étirement des muscles et de certaines parties du corps. Le but est de trouver le moyen de se réapproprier une partie du corps alors que l’étiopathe possède une toute autre démarche. Loin de la rééducation, il recherche une cause mécanique à un mal et va adapter sa réponse en fonction de son diagnostic.

La formation d’étiopathe diffère de celle du kinésithérapeute qui dure trois années alors que celle de l’étiopathe s’étend sur six années. Si l’étiopathe recherche et soigne certaines pathologies qui empêchent une mécanique du corps cohérente, le kinésithérapeute peut être présent afin de permettre de trouver les moyens de maîtriser de nouveau chaque membre après ce type de soins. Il va mettre en place un programme de rééducation pour que ses patients puissent comprendre comment solliciter les membres de la bonne façon et éviter de nouveaux blocages qui vont entraîner des douleurs importantes.

Pour savoir en quoi consiste le métier de kinésithérapeute et ses différences avec l’étiopathie, rendez-vous sur le site spécialisé parisetiopathe.fr.

Poursuivez votre lecture :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Note : Votre courriel ne sera jamais publié.