La pollution menace le QI des enfants

22 décembre 2014

La pollution menace le QI des enfants

Une étude récente démontre les impacts réels de la pollution sur le quotient intellectuel (QI) des enfants. En plus d’être un destructeur de testostérone, la pollution est également un « brideur de QI », notamment chez les plus jeunes. Cette recherche est le fruit d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Columbia à New-York. Ils ont établi un lien entre l’exposition aux phtalates chez le fœtus et leur QI quelques années plus tard. Il s’avère que les enfants ayant été exposés à des niveaux élevés sont dotés d’un QI nettement inférieur à la moyenne.

Quels sont ces phtalates ?

3398490206_11d0c848bb2

En fait, les phtalates sont des substances chimiques (en savoir plus). Il s’agit essentiellement du dibutyle (DnBP) et du disobutyle (DiBP).

Ces phtalates sont répertoriés dans divers produits de consommation comme le vinyle, les feuilles d’assouplissement de sèche-linge, les savons, les vernis à ongles, les laques pour cheveux ainsi que dans certains rouges à lèvre souligne l’étude publiée dans la revue scientifique américaine Plos One.

L’usage de ces substances est interdit aux Etats-Unis

Par ailleurs, le gouvernement américain interdit les fabricants de jouets et d’autres articles pour enfant d’utiliser des phtalates dans leur produit depuis 2009. En revanche, aucune mesure n’a pas été prise pour mettre en garde les femmes enceintes. Ainsi, les phtalates figurent très rarement sur les listes des composants des produits pour enfant aux Etats-Unis.

100688361

L’étude s’est portée à New-York sur 328 femmes et leurs enfants aux revenus modestes. Au cours du troisième trimestre de leur grossesse, les auteurs ont mesuré dans l’urine de ces femmes, les niveaux de quatre phtalates dont le dibutyle, le disobutyle, le di-2-ethylhexyle et le diéthyle. Ensuite, le QI de leurs enfants a été testé 7 ans après. Ceux qui étaient exposés aux concentrations élevées de DnBP et DiBP in utéro avaient un QI de 6,6 à 7,6 points plus bas par rapport à ceux qui étaient faiblement exposés.

Poursuivez votre lecture :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Note : Votre courriel ne sera jamais publié.