La maîtrise des institutions dans le lobbying

11 mars 2013

La maîtrise des institutions dans le lobbying

Pour les agences de lobbying telles qu’APC, une grande partie de leur tâche est réservée à la connaissance des organisations et aux rapports avec les institutions tant nationales qu’européennes. Pour que les relations se passent dans les meilleures conditions, on peut imaginer approfondir le travail actuel.

Une nécessité constante

L’ensemble des lieux décisionnels aussi bien au niveau du Parlement, à l’Assemblée Nationale ou dans l’hémicycle européen se développent, se modifient au fur à mesure des années. Si le lobbyiste n’est pas en mesure d’être à la page, son objectif d’informer les bonnes personnes pourra être jugé comme inadéquat.

Il est donc nécessaire voire indispensable de conserver un carnet d’adresses important et de le tenir à jour au fur et à mesure des changements avec l’arrivée de nouveaux personnages politiques. Ce travail d’observation et de veille est primordial dans l’activité de lobbyiste.

Il peut alors être intéressant de se présenter aux nouveaux participants afin de créer une relation de travail avec cette personne car les deux parties seront alors à même de reconnaître. Une certaine anticipation peut être très utile car il ne serait pas judicieux d’attendre un éventuel dossier pour se construire un réseau.

Des sessions de formation

Certains cabinets organisent des formations sur le seul thème de l’aspect institutionnel du travail pour que les personnes qui ont chacune leur spécialité puisse également apprendre les rouages du dispositif décisionnel. Elles vont alors découvrir chacune des institutions en fonction de chaque demande, mieux comprendre le rôle de l’Assemblée générale et du Parlement. De la même façon, elles vont apprendre à quel interlocuteur s’adresser pour présenter leurs informations.

Des stages d’immersion sont parfois disponibles pour se rendre compte sur le terrain même,  de l’importance de chacune d’entre elles et de leur rôle aussi bien par rapport à l’intérêt général que par rapport à un dossier ouvert par un lobbyiste. Pouvoir voir physiquement le déroulement des opérations permet de mieux les comprendre et de les maîtriser par la suite. Ce type d’initiative semble donc être particulièrement intéressant dans le cadre de cette activité.

En effet, on admet qu’un lobbyiste qui a une excellente connaissance des différents systèmes serait nettement plus performant dans un premier temps pour transmettre l’information à la personne concernée mais également pour pouvoir rendre compte à son client des différentes phases de prises en charge  de sa demande et également l’informer sur la décision prise au final par le groupe responsable.

Poursuivez votre lecture :

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Note : Votre courriel ne sera jamais publié.